Solennité de la sainte Trinité - Dimanche 12 juin 2022

Jn 16, 12-15

 

Dieu nest rien. La phrase avait choqué une de nos Catéchistes, que lui avait assénée la fille dune de ses amies, étudiante, qui le concluait de ses études : Dieu nest rien. Ma Catéchiste en avait été meurtrie : quand on aime Dieu, pour nous qui aimons Dieu, il est pénible que les personnes que nous aimons le rejettent : nous nous retrouvons écartelés, dans la situation dune personne dont la famille ou les amis rejetteraient la personne quelle aime. Jai célébréles obsèques dune femme qui, à vingt ans à la fin des années 60, avait épousé un Tunisien :ses parents soi-disant catholiques avaient refusé de le voir. Quelle intolérance. Cette femmenavait pas revu sa mère pendant quinze ans. Quelle tristesse. Comment ça a fini ? Bien.

Dieu nest rien : cette phrase trottait dans la tête de ma Catéchiste. Elle se demandait quoi dire, elle pensait lui répondre que non, Dieu est tout, et voilà que, venant à la messe il y a deux dimanches, elle mentend dire dans lhomélie que Dieu nest pas un grand tout ! Elle était un peu perdue. Non, Dieu nest pas un grand tout dans lequel nous irions nous perdre comme autant de petites flammes dans un grand feu : Dieu est Trinité, Dieu est amour : amourdes personnes divines entre elles et avec nous. Relations essentielles. Celui qui aime Dieu dit :il est tout pour moi. Et celui qui ne le connaît pas : il nest rien pour moi.

Comment se faire proche des personnes qui se font loin de Dieu ?

Beaucoup dentre vous ont de la famille, des amis avec qui les relations sont compliquées parle fait que nous cherchons Dieu et pas eux, et avec eux nous ne pouvons pas parler de ce qui nous tient le plus à cœur. Que dire à nos proches qui rejettent

Convertissez-vous et croyez à l’évangile.

Dieu est amour. Sils rejettent Dieu, Lui ne les rejette pas et cest pour cela que nous pouvons continuer à les voir sans le trahir Lui, en étant au contraire ses envoyés pour leur témoigner de son amour. A la différence dautres relations, nous navons pas à choisir entre eux et Lui, entre Lui et eux : ils sont autant ses enfants, potentiellement.
Voilà ce que je voudrais que nous approfondissions en cette fête de la Sainte Trinité : son amour pour tout être humain et son appel à la conversion, la dynamique de notre vie. Pour ressusciter avec le Christ pour la vie éternelle, il faudra avoir été plongé dans la mort et la résurrection du Christ, et lavoir vécu par une conversion de tous les jours qui ne sarrêtera que lorsque nous le verrons de nos yeux.

Jai parfois une réticence à bénir au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, les personnes dune autre confession religieuse ou que je sais incroyantes, et jai tort. La Sainte Trinité est le Dieu de tout être humain, y compris de ceux qui lignorent : le désir de Dieu est inscrit dans le cœur de l’homme (CEC n. 27).

Il se manifeste dabord comme un désir de protection de la part du Père, notre Père, pour évoluer ensuite en désir de justice : la justice veut que la même sécurité soit accordée à tous, partagée et assurée à chacun. La paix est le bien de tous.

Ce désir de sécurité se heurte à un autre désir aussi intense que le premier, désir de liberté, pleinement incare dans le Christ, celui qui peut dire : « Tout ce que possède le Père est à moi », et dont les opposants reconnaissaient quil ne se laissait « influencer par personne »(Mt 22, 16). Liberté souveraine de lhomme parfait.

Cela nous conduit au 3ème désir fondamental, désir de vérité, le signe de la vie dans lEsprit, ainsi que le reconnaissaient ces opposants à Jésus : « Maître, lui disaient-ils, tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens » (Mt 22, 16). Ce désir de vérité est celui de la maturité, qui donne la priorité à la vie intérieure sur les plaisirs éphémères ou les relations superficielles.

Voyez comme ces trois désirs peuvent buter lun contre lautre, être difficiles à concilier. Ne nous étonnons pas de notre désarroi devant le mystère inépuisable que constitue dans la Sainte Trinité l’harmonie de nos désirs les plus profonds.
Ne nous étonnons pas non plus du nihilisme religieux de nos contemporains. Ses motifs sont variés depuis la révolte contre le mal dans le monde, linculture religieuse, les soucis du monde et des richesses (cf. Mt 13, 22), le mauvais exemple des croyants, les courants de pensée hostiles à la religion, jusquau réflexe de peur de l’homme pécheur qui se cache devant Dieu (Gn 3, 10. CEC n. 29 et GS 19).

Le Seigneur a fait la promesse de ne jamais nous laisser dans la crainte ou la terreur (Jr 23, 4), de nous donner chaque fois quil le faudra des pasteurs selon son cœur (Jr 3, 15), qui nous ramènent à lessentiel, aux trois mystères de la foi : lIncarnation : Dieu sest fait homme. La Trinité : Dieu est Amour. La Grâce : Dieu veut que tous les hommes soient sauvés.

Ces trois mystères sont dans la même unité que les trois personnes de la Trinité et que les désirs de notre cœur, de justice, de liberté, et de vérité. Nous ne pouvons pas traiter de lun sans lui associer les deux autres. Nous ne pouvons pas parler de la Trinité sans lui associerlIncarnation qui la révélée et la Grâce qui en est le signe. Nous ne pouvons pas parler de la Justice et de la Paix sans lui associer la Liberté et la Vérité.

La Trinité Sainte est inhérente à tout homme et à tous les hommes. Son adoration fait notre joie qui répond aux désirs les plus profonds de notre cœur, un même désir de justice, de liberté et de vérité.

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire

Article précédent
L’Esprit-Saint, Défenseur de la Victoire
Article suivant
Dans son Corps notre vie, dans son Sang notre mort

Précédentes homélies

Menu