Solennité de la Toussaint - mercredi 1er novembre 2023

Mt 5, 1-12

 

Beaucoup de papes ont été canonisés : parmi les Saints et Saintes ‘homologués’, il y a beaucoup d’hommes d’Eglise, de papes, d’évêques, de religieux et de religieuses parmi les Saintes, surtout des fondateurs et fondatrices d’ordres.
Il y a très peu de prêtres de paroisse, excepté le saint Curé d’Ars, excepté surtout les martyrs. Il y a effectivement une majorité de martyrs, hommes et femmes, et cela correspond à la finale de ces Béatitudes : Heureux ceux qui sont persécutés à cause de moi dit Jésus.

Pourquoi tant de consacrés, sinon en raison de leur lien au Christ, par la prière et les sacrements, leur lien à la Messe, et la façon dont nombre de ces Saints et Saintes ont vécu un ‘martyre blanc’, dans le cœur et non dans le sang (martyre rouge), en butte à tant d’oppositions, de jalousies et d’avanies de la part de l’Eglise, d’autres hommes d’Eglise, pensez aux interdictions imposées au saint Padre Pio.

Pourquoi tant de papes, d’évêques et religieuses et religieux parmi les Saints et les Saintes ?

Ce n’est pas tant par corporatisme, même si on ne peut pas totalement l’évacuer, ce n’est pas non plus pour cette raison qu’on évoque parfois de la nécessité de disposer de témoignages suffisants de la ‘vie du saint’, qui fait que les Saints et les Saintes sont en réalité bien plus nombreux, et il faudrait peut-être, à l’image du soldat inconnu, un lieu ou un temps de mémoire aux ‘Saints et Saintes inconnues’ – sauf de Dieu !

Mais il y a une raison plus profonde qui nous concerne tous à savoir nos trois missions de baptisés, les trois ‘munera’, munus en latin signifiant devoir, fonction, tâche à remplir, jusqu’au devoir d’état. Les trois missions que nous avons reçues à notre Baptême et notre Confirmation, et que nous faisons vivre par notre fidélité au Christ et à la Messe, sont de témoigner, guider et sanctifier.

Témoigner : enseigner, annoncer, transmettre. Guider ou gouverner. Sanctifier.

Par le baptême, nous faisons partie du peuple de Dieu, nous sommes membre du Corps du Christ, nous participons à sa dignité de prêtre, de prophète et de roi : prêtre, pour sanctifier notre vie, prophète pour qu’elle témoigne de l’évangile, et roi pour maîtriser nos désirs.

Gouverner par la foi. Témoigner de notre Espérance. Sanctifier notre vie : nous laisser sanctifier par la Charité. Voilà ce que nous célébrons en ce jour : guidés et conduits par la foi et remplis d’espérance, les Saints et les Saintes se sont laissés sanctifier par la charité. Ce n’est pas la foi qui sanctifie : c’est la charité.

Quel est l’intérêt du rappel de ces missions ? Il tient à leur caractère dynamique, – le mot n’est plus latin (comme les trois munera) mais grec : la dunamis la force du Christ et de l’Esprit-Saint, force de croissance et de vie !

L’inconvénient des représentations des Saints, trop souvent statufiés, et de leurs hagiographies, est de les figer, et de fausser du même coup notre vision du Royaume et de la vie éternelle, d’en ignorer ces deux caractéristiques : la croissance et la liberté.

Dans la vie éternelle nous ne cesserons de grandir et de progresser ! La croissance est la loi de la vie humaine, et de la vie dans l’Esprit. Les Saints et les Saintes ont progressé toute leur vie dans leur connaissance de Dieu, et dans l’amour du prochain. Et ils continuent dans l’éternité.

Cette croissance, la croissance spirituelle n’est pas linéaire ni continue, comme le montrent ces Béatitudes, avec cette répartition en trois séquences :

Les 3 premières sont intérieures à la personne : pauvre de cœur, affligée par ce qu’elle voit, et pleine de douceur. Ce sont les 3 conditions du témoignage chrétien : la pauvreté, la compassion et la douceur.

Les 2 suivantes, centrales, donnent les deux critères indispensables à toute décision : le sens de la Justice et de la Miséricorde. Les deux vont ensemble : Justice et Miséricorde.

Les 3 dernières ouvrent sur le monde jusqu’à s’y heurter : les cœurs purs, les artisans de paix qui se retrouvent persécutés pour la justice, maltraités et même tués à cause de Jésus.

Pour les mémoriser, il faut partir des deux qui sont au centre : la justice et la miséricorde (4ème et 5ème), puis revenir sur ce qu’elles supposent pour notre vie intérieure, de pauvreté, de compassion et de douceur, et alors se lancer dans le monde à la façon généreuse et désintéressée des cœurs purs, pour construire la paix, sans crainte d’en souffrir ‘à cause de moi’ dit Jésus.

Souvenez-vous. Souvenez-vous des Béatitudes.

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire

Article précédent
Unis au Christ, autour du Christ et par le Christ
Article suivant
Nous convertir nous-mêmes

Précédentes homélies