4ème dimanche du Carême - 22 mars 2020

Jn 9, 1-41

 

Cela fait du bien, dans les temps que nous vivons, d’entendre un récit de miracle : la guérison surnaturelle d’un aveugle de naissance qui mendiait à la porte du Temple parmi, faut-il préciser, de très nombreux laissés-pour-compte, infirmes, boiteux, estropiés en tous genres qui n’avaient pas le droit d’entrer dans le Temple. Les disciples se font l’écho de cette situation : s’il est malade, c’est qu’il est pécheur, lui ou ses parents. Qu’il n’aille donc pas contaminer les autres croyants ni le sanctuaire. Du temps de Jésus, il fallait être saint pour entrer dans le Lieu Saint. Aujourd’hui, il suffit de se reconnaître pécheur.

Le plus étonnant dans ce récit n’est pas le miracle mais les réactions défavorables et hostiles qu’il provoque. Qu’est-ce qu’un miracle ? C’est un ‘phénomène, dit le dictionnaire, interprété comme résultant d’une intervention divine’. C’est tout le sujet des discussions de ce texte : ce Jésus est-il l’envoyé de Dieu ? Un miracle est bon, deuxième définition du dictionnaire : ‘un fait étonnant qui suscite l’admiration’. Ce n’est pas le cas ici, et quelle tristesse que l’absence de liesse et d’émerveillement ! Un miracle est une chose bonne, admirable, merveilleuse.

Mais quand le phénomène est mauvais, quand il s’agit d’une calamité telle que l’épidémie que nous vivons, comment ça s’appelle ? Une malédiction ? Une punition divine ? J’y reviendrai dimanche prochain, pour tirer pour l’heure cinq enseignements de ce texte d’évangile pour le temps d’épreuve que nous vivons. Cinq conseils en temps de crise.

Ayons d’abord de la considération, au sens fort du terme, de l’admiration pour la docilité de cet aveugle à qui Jésus dit : « Va te laver à la piscine de Siloé », et qui y va. Vous vous souvenez du centurion romain qui ne se jugeait pas digne de recevoir Jésus, « mais dis seulement une parole, et mon serviteur sera guéri ! Moi, je suis quelqu’un de subordonné à une autorité, mais j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient ; et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. Entendant cela, Jésus fut en admiration devant lui ». Dieu admire l’obéissance, l’obéissance de la foi : même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! (cf. Lc 7, 7-9).
L’évangile insiste : c’est à la piscine de Siloé que l’aveugle devait aller se laver, Siloé dont le nom signifie Envoyé. « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » dit Jésus au soir de Pâques. Il nous demande de faire sa volonté comme lui a fait la volonté de son Père. Comment pouvons-nous prier chaque jour ‘Que ta Volonté soit faite’ et passer notre temps à contester les ordres qui nous sont donnés ? Ne devons-nous pas obéir aux petites choses de la vie courante pour obéir aux grands commandements de Dieu ? « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître ». Nous entrons dans la joie du Père chaque fois que nous lui faisons confiance.

Le deuxième enseignement de cette page d’évangile vient de la place disproportionnée prise par les discussions sur l’événement. Un phénomène incompréhensible, inexplicable, inattendu est survenu. Il est normal que nous parlions entre nous de ce que nous ne comprenons pas : que nous cherchions ensemble, à voix haute, que nous cherchions à nous rassurer, tant notre pensée peut être phagocytée par nos émotions. La peur ne se contente pas de paralyser : elle rend idiot. Surtout si nous passons nos journées à écouter des commentaires inutiles. Ma recommandation : passez autant de temps à prendre des nouvelles de Dieu que du monde. Une heure d’infos ? Une heure de Bible.

Cette page d’évangile contient une phrase qui est d’actualité pour nous : la discussion y est biaisée par des gens qui « s’étaient déjà mis d’accord pour exclure tous ceux qui déclareraient publiquement que Jésus est le Christ », le Sauveur. Nous avons, aujourd’hui comme hier, deux écueils inverses à éviter : exclure la possibilité d’une intervention divine ou s’en remettre uniquement à elle.
C’est pour un discernement que je suis venu dit Jésus, le texte dit ‘pour rendre un jugement’ : le mot grec krima, traduit par jugement, est de la même origine que le mot krisisqui a donné crise, événement qui oblige chacun à prendre parti. Dans la crise que nous vivons, chacun doit décider qui, quel Dieu il choisit d’adorer. Celui qui sert ses intérêts, ou Celui qui le sauve ?

« Comment un homme pécheur peut-il accomplir des signes pareils ? » demandent certains, avec bon sens. Allons plus loin : Et s’il n’était pas pécheur, et si c’était lui le ‘Saint de Dieu’ ? L’expression est utilisée par les démons : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu » (Mc 1, 24 ; cf. Mt 4, 34), mais aussi par l’Apôtre Pierre : « A qui irions-nous, Seigneur ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu » (Jn 6, 69). Comment Pierre a-t-il pu dire cela ? Sous l’action de l’Esprit Saint évidemment : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas, ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux » (Mt 16, 17). Mais aussi parce qu’il venait d’assister avec les autres disciples à la multiplication des pains et à la marche de Jésus sur les eaux. Il vit et il crut.
Aux Pharisiens qui cherchent à le manipuler – « nous savons, nous que cet homme est un pécheur », l’aveugle guéri répond : « Moi il y a une chose que je sais : j’étais aveugle et à présent je vois ». Dans la Joie de l’Evangile, sa 1èreexhortation, le Pape François rappelait ce principe fondamental que non seulement l’unité prévaut sur le conflit (ce que nous devons garder à l’esprit), mais la réalité est plus importante que l’idée. La réalité de la guérison est plus importante que l’idée que vous avez de la maladie. La réalité est plus importante que l’idée et c’est pourquoi le récit commence par une nouvelle création avec de la boue, de l’eau, et le souffle de l’Esprit. Ce sont les œuvres de justice et de charité qui rendent féconde la Parole de Dieu.

4èmeenseignement de ce texte, l’humour improbable de l’aveugle guéri. Les autres insistent : Comment il a fait (pour t’ouvrir les yeux) ? « Je vous l’ai déjà dit et vous n’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ? Serait-ce que vous voulez, vous aussi, devenir ses disciples ? ». Face aux difficultés, de grâce, un peu d’humour. Même dans les situations dramatiques, il faut être capable de se décentrer de soi. Le dernier enterrement que j’ai célébré avant le confinement fut d’une femme qui avait souffert atrocement d’avoir été abandonnée avec ses enfants par son mari, médecin, revenu vingt cinq ans après la soigner dans ses dernières semaines car il était cancérologue. La veille de sa mort, elle dit à ses enfants en souriant : voilà, au moins votre père n’aura plus à payer ma pension alimentaire.

Le 5èmeenseignement concerne la prière. Cet aveugle mendiait, pour survivre. Guéri il entre dans l’adoration et la louange. Nous sommes tous des aveugles de naissance qui ne pouvons voir l’invisible, nous sommes tous des mendiants d’amour à la porte du Royaume. Au jour de notre mort, nous serons comme cet aveugle guéri à qui Jésus demande : « Crois-tu au Fils de l’homme ? ». « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? ». « Tu le vois, et c’est lui qui te parle. » Puissions-nous alors dire : « Je crois, Seigneur ! » Et nous prosterner devant lui.

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire

Article précédent
L’addiction, maladie du désir
Article suivant
Le premier jour de Dieu

Précédentes homélies

Menu