Fête de la Sainte Famille - Dimanche 31 décembre 2023 - 18h

Lc 2, 22-40

 

« Plus vite, plus haut, plus fort, ensemble ».
« Citius, Altius, Fortius – Communiter ».

Plus vite, plus haut, plus fort. Ensemble : commençons par ce dernier terme, trop souvent oublié, ensemble ! ‘communiter’ en communauté, peut-être en communion, pour exprimer quelques vœux pour cette année 2024 des Jeux Olympiques à Paris, 130 ans après la création du Comité International Olympique en 1894 où fut retenue cette devise inspirée par le Père Dominicain Henri Didon : plus vite, plus haut, plus fort.

La carte de vœux de notre Archevêque porte en couverture cinq rosaces de la Cathédrale et notre diacre Olivier Rossignol me l’a fait remarquer : tu as vu que ce sont les anneaux olympiques ? Il avait lu au dos la citation du Pape François : « Si le monde du sport est porteur d’unité, il peut devenir un formidable allié dans la construction de la paix ».

Rendons grâce pour l’année 2023 en étant résolument tournés vers 2024, suivant cette leçon d’un célèbre basketteur américain qui disait qu’il faut toujours être ‘dans le panier suivant’ : ne pas ressasser l’action terminée mais se projeter dans l’action suivante – c’est à l’entraînement qu’on corrige ses erreurs. Je garde ce principe en tête après chaque célébration, du dimanche ou d’obsèques : passons à la suivante. Le principe de la vie spirituelle est que le passé soit maintenu dans une proportion raisonnable, comme le rétroviseur par rapport au pare-brise.

Il s’agit d’avancer ensemble, communiter, en communauté. J’ai lu le mois dernier l’interview d’un autre basketteur de génie, Stephen Curry, ces types-là m’émerveillent, pas seulement parce que je suis petit et maladroit mais ils portent au maximum aussi bien l’effort individuel que le sens de l’équipe, les deux enjeux du chrétien et de l’église. Il expliquait : « Il faut être performant. Je me prépare mentalement et physiquement et je le fais depuis longtemps. Mais je ne peux pas gagner un match tout seul. Je peux et je dois bien jouer. Mais je ne gagne pas les matches tout seul ».
Il en va de même pour toutes nos célébrations, toutes les activités de l’Eglise, il faut tenir les deux : la performance et l’harmonie.

Reprenons maintenant les trois termes de la devise olympique « Plus vite, plus haut, plus fort », en ordre inversé pour faciliter son application à la vie chrétienne : plus fort, d’abord.

Plus fort dans le combat spirituel. Plus fort contre le péché.

Force de Dieu est le nom de l’Archange Gabriel. C’est aussi le nom donné au Peuple de Dieu : « Ton nom ne sera plus Jacob, mais Israël (c’est-à-dire : Dieu lutte), parce que tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu l’as emporté » (Gn 32, 29).

La force du Christ est le don de notre baptême, réitéré à la Confirmation, vivifié par les sacrements de l’Eucharistie et du Pardon.

Nous renouvelons à Pâques cette promesse de notre baptême, de cette force qui nous a été donnée : « Père tout-puissant, tu as envoyé ton Fils unique dans le monde pour délivrer l’homme, esclave du péché, et lui rendre la liberté propre à tes fils ; tu sais que cet enfant, comme chacun de nous, sera tenté par les mensonges de ce monde et devra résister à Satan. Nous t’en prions humblement : par la Passion de ton Fils et sa Résurrection, arrache-le au pouvoir des ténèbres, donne-lui la force du Christ, et garde-le tout au long de sa vie ».

Plus fort contre le péché. Plus haut vers le Seigneur.

La force est au centre des sept dons de l’Esprit-Saint. Il fait le lien entre les deux ailes de la raison et de la foi, puisque les 3 premiers dons relèvent de la raison, la sagesse, l’intelligence et le conseil, et les 3 derniers nourrissent notre foi : la connaissance, la piété et la crainte du Seigneur. Au centre la force. Et à la fin la crainte tant nous sommes tout-petits devant le Très-Haut.

Plus haut : Dieu « au-delà de tout » chante saint Grégoire de Nazianze que nous fêtons le 2 janvier. Le Très-Haut est le nom de Dieu, par lequel nous le louons et l’adorons dans ce chant si populaire du Psaume de la Création : « Mon Dieu tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, tu es le Dieu d’Amour. Mon Dieu tu es grand, tu es beau, Dieu vivant, Dieu très haut, Dieu présent en toute création ».
La grandeur de Dieu est l’enjeu permanent de nos liturgies. Puissions-nous garder à l’esprit la parole du Psaume : « Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme. Vers toi, mon Dieu ».

Plus fort, plus haut, plus vite.
Plus fort contre le péché. Plus haut vers le Seigneur. Plus vite à secourir, consoler et protéger nos frères.
Au dimanche de la joie, 3ème dimanche de l’Avent, je vous alertais sur son principal obstacle, l’agressivité, et son facteur aggravant l’accélération. Mais l’inverse est aussi dommageable : l’indifférence, la lenteur, la passivité négligente.

Le 3ème enjeu que je nous fixe cette année ne concerne pas l’organisation de l’Eglise comme si elle devait se caler sur le monde, au contraire, mais notre implication personnelle, notre engagement en matière de charité, pour être plus réactifs, plus prompts à accueillir, à consoler, à secourir.

Vous connaissez le mot de Bossuet à propos de la réponse de Jésus au bon larron (« Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le paradis ! ») : « Aujourd’hui : quelle promptitude ! Avec moi : quelle compagnie ! Dans le Paradis : quel bonheur ! ».

Dans le bilan de l’année qui s’achève, rendons grâce pour tous ceux qui nous ont fait grandir dans la foi, l’espérance, et l’amour, qui nous ont ouvert le cœur et l’esprit sur la beauté de la vie et la grandeur de Dieu.Jetons aussi un œil sur les mauvais liens auxquels nous avons mis fin ou décidé de mettre fin, les mauvaises habitudes que nous avons arrêtées pour gagner en liberté. Dans ces mauvaises relations, la vitesse de réaction est décisive pour dire stop tout de suite, avant que le serpent passe la tête.

Trois vœux donc pour cette année olympique, plus fort, plus haut, plus vite :

Plus fort contre le péché. Seigneur, aide-moi !
Plus haut vers le Seigneur. Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme.
Plus vite à secourir, protéger, consoler nos frères, pour l’amour de Dieu.

Plus fort, plus haut, plus vite,
ensemble !

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire

Article précédent
L’esprit de famille ? La consolation
Article suivant
Joseph faisait rire Marie

Précédentes homélies