32ème Dimanche du Temps Ordinaire - 7 novembre 2021

Mc 12, 38-44

 

Dimanche prochain sera la 5ème Journée mondiale des pauvres, fixée depuis 2017 au dernier dimanche avant le Christ-Roi de l’Univers, le Christ qui « de riche qu’il était s’est fait pauvre pour nous, pour que nous devenions riches par sa pauvreté » (2 Co 8, 9). Qu’est-ce à dire sinon qu’il nous a révélé par son incarnation notre plus grande richesse : notre liberté intérieure. La liberté d’aimer, de croire, d’espérer. Le Christ Jésus nous montre le chemin de la vraie liberté, qui n’est pas celle que donne l’argent, car l’argent donne beaucoup de libertés, de pouvoirs et de satisfactions, et aussi des soucis : beaucoup m’en parlent avec lucidité, et ont l’honnêteté de reconnaître qu’ils ont des soucis de riches.
Des satisfactions et des soucis, encore que le mot satisfaction dérive de l’adverbe latin satis qui veut dire assez, suffisamment, et de l’argent on n’en a jamais assez, et des soucis toujours trop. Ces satisfactions sont décrites dans l’évangile de ce dimanche : la satisfaction d’avoir fait des études comme les scribes, de savoir beaucoup de choses, d’être cultivé. Le texte parle ensuite de vêtements d’apparat : nous dirions aujourd’hui à la mode ou du dernier cri, et de pouvoir en acheter tant et plus même si ce n’est pas très écologique. Le plaisir enfin d’être reconnu, honoré à l’époque dans les synagogues et les dîners. Et soudain ça dérape, c’est la chute, avec ce mot qui fait tache : dévorer. Ils dévorent les biens des pauvres, les veuves en sont le symbole, comme des bêtes féroces alors que « pour l’apparence ils font de longues prières ».

Tout homme est capable de méchanceté. Le contraste est rude avec la pauvre veuve du Temple, qui vient de donner tout ce qu’elle avait. Aussi malheureuse qu’on puisse l’imaginer, seule, sans ressources, elle a été capable de se sacrifier, de générosité pour Dieu et à son image. J’ai actuellement au cœur et aux entrailles un couple dont la petite fille de deux ans est en soins intensifs depuis trois mois. Ils se relayent auprès d’elle l’un après l’autre une nuit sur deux, l’autre rentre s’occuper de l’aîné qui a cinq ans. Cela fait trois mois qu’ils n’ont pas passé une nuit ensemble, un marathon dont ils ne savent pas la fin. Elle m’a dit cette semaine : ‘quand je sors, j’aimerais avoir un badge ‘enfant-très-malade’ pour être traitée avec délicatesse’, tant elle est écorchée vive. Et pourtant, entre deux larmes, elle est aimable et souriante. L’amour de son mari, de sa sœur, le soutien de ses amis, la prière et la Vierge Marie l’empêchent de désespérer. Priez pour eux.

Tout homme est capable de méchanceté, l’Ecriture dit d’endurcissement du cœur. Le danger que nous courons tous est de le minimiser, de le relativiser, de dédramatiser en habillant cette méchanceté d’indifférence ou de négligence. C’est au dernier jour, face au Christ ressuscité, que se fera notre choix : nous comparaîtrons pauvre, nu, en vérité, et se révèlera non le fond de notre cœur mais son endurcissement, sa carapace et la possibilité qu’il soit devenu dur comme de la pierre. La possibilité, je vous en ai déjà parlé, de la seconde mort, de la mort éternelle des damnés.

Tout homme est capable de méchanceté si on touche à ses biens, à sa chair ou à la chair de sa chair. C’est le point de départ du livre de Job, en qui Dieu a tellement confiance qu’il permet à Satan de le mettre à l’épreuve pour vérifier sa fidélité : il est bon et il résistera ! C’est un conte, une parabole, et, bien qu’il ait perdu ses enfants, tous ses biens, jusqu’à sa santé, malgré la souffrance, et la pression de sa femme, et de ses amis, Job tient bon dans la foi. « Je sais, moi, que mon libérateur est vivant et qu’à la fin, il se dressera sur la poussière des morts ; avec mon corps, je me tiendrai debout et, de mes yeux de chair, je verrai Dieu. Moi-même, je le verrai et, quand mes yeux le regarderont, il ne se détournera pas » (Jb 19, 25-27)

Dans l’évangile de saint Jean, à ses contradicteurs qui sont des gens méchants – ils l’accusent d’être du diable, d’avoir un démon (Jn 8, 48), Jésus fait cette réponse stupéfiante : « Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui » (Jn 8, 56). On peut l’entendre comme la vision que Abraham a eue après sa mort de la Trinité. On peut l’entendre aussi comme la révélation de la vraie nature de la foi d’Abraham : il ne croyait pas à un Bon Dieu de Mont-de-Piété. Il croyait à l’Amour du Père, à la force de l’Esprit, et donc au Christ.

Grâce à la foi, dit la Lettre aux Hébreux, quand il fut soumis à l’épreuve, Abraham offrit son fils unique en sacrifice : « Il pensait en effet que Dieu est capable même de ressusciter les morts » (He 11, 19). Avoir la foi, c’est croire à la Résurrection. Et savoir que toute la bonté de Dieu est là, qui a voulu en son Fils Jésus Christ passer par la Croix et par la mort pour nous donner la vie.

Je crois au Christ. Pas au vague-bon-dieu.

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire

Article précédent
Se convertir soi-même
Article suivant
Fidèles au Christ et à ses sacrements

Précédentes homélies

Menu